Les coulisses de la campagne des municipales 2014 dans les Universités Lyonnaises : Episode II

Rencontre avec Daniel Spencer, militant au sein du Mouvement des jeunes Communistes pour poursuivre notre enquête sur la campagne dans les universités et ses acteurs.

C’est d’un pas souple mais déterminé que Daniel arrive au point de rendez-vous. Il fait partie de ces jeunes désireux de donner à la politique un souffle nouveau, et au Parti Communiste un nouveau visage. A 20 ans, cet étudiant en science politique à Lyon II, incarne une nouvelle génération de militants.

Cela fait maintenant deux ans que Daniel participe activement à la vie de son parti. C’est lors d’une Fête de l’Humanité du Rhône, qu’il a pu entrer en contact avec des jeunes qui lui ont donné envie de s’investir, depuis, le jeune garçon contribue activement à l’inscription de nouveaux adhérents.

« Dynamisme » : c’est le mot que répète volontiers Daniel lorsqu’il évoque le rôle et l’investissement des jeunes au sein du Parti Communiste. C’est avec un certain enthousiasme, qu’il explique ce projet: « Le parti communiste est décrit dans les médias comme un parti vieillot, sclérosé, dont les idées sont obsolètes. Le mouvement des jeunes communistes va donc montrer que ses préoccupations sont très actuelles et nouvelles. »

Lorsqu’il est question de stratégie de mobilisation des jeunes, Daniel précise : « Je ne sais pas si l’on peut parler de stratégie… ». Effectivement, il s’agirait d’après lui d’aller directement au contact des étudiants pour parler avec eux des problèmes qui les concernent. Le Parti Communiste n’a donc pas de plan de mobilisation concret pour les municipales 2014 mais privilégie le dialogue et le contact. Le jeune militant ne manque pas de rappeler cependant que les adhésions augmentent chez les étudiants et plus particulièrement à Lyon II : « Nous sommes près de 15 000 aujourd’hui, notre effectif a doublé depuis la rentrée ».

En ce qui concerne les autres étudiants investit dans la vie politique lyonnaise, Daniel est moins enthousiaste : « Nous n’avons aucune relation avec les jeunes du Front National, très peu avec ceux de l’UMP même s’il arrive que nous nous croisions sur le campus ».

Des priorités immédiates

Alors que les élections municipales de 2014 approchent, Daniel avoue que le sujet a été relégué au second plan suite aux récentes polémiques au sein de la faculté Lyon II notamment liées aux différentes réformes et coupes budgétaires décidées par l’Etat. Les jeunes communistes sont donc peu investis dans la campagne des municipales.

Ils ont cependant des revendications plutôt claires : la gratuité des transports, la centralisation des structures administratives étudiantes telles que la CAF, une nouvelle politique d’emploi avec la possibilité de formation pour les travailleurs précaires ou chômeurs et enfin le désenclavement de quartiers populaires comme Vaulx-en-Velin ou Villeurbanne.

C’est par le biais de séance de tractages et de réunions que ces jeunes vont tenter de diffuser leur programme, mais ils souhaiteraient aussi pouvoir se positionner en tête de liste pour « définir ce que la municipalité peut concrètement faire pour ses étudiants ».

AZOUME Anne-Charlotte, MICHEL Guillaume, CANGEMI Julie

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Vu par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s