Terminus, tout le monde descend !

À maintenant quelques jours du premier tour et alors que le pic de pollution aux particules fines a alimenté la campagne depuis une semaine, le rôle des transports en commun ne cesse de s’affirmer comme un sujet incontournable de ces municipales lyonnaises.

MPL85_GorgeDeLoup_TCL_

Depuis les années 1990 et le développement croissant des surfaces urbanisées en périphérie des villes, les transports en commun se sont imposés comme un véritable argument politique. À Lyon, à l’aube des élections municipales, les différents candidats redoublent de propositions en la matière ; entre les créations de nouvelles lignes de métro, de bus, de tramway et même de téléphérique, c’est autant de suggestions qui font des transports en commun un des enjeux majeurs de cette campagne. Nous avons demandé l’avis d’un expert en matière de politique de transport en commun, Bruno Faivre d’Arcier, ingénieur et docteur en Science Économique spécialisé dans l’aménagement de l’espace et l’urbanisme. Bien qu’il ait refusé de se prononcer en détail sur les programmes des candidats, pour ce dernier la question des transports en commun est inévitable car elle touche au quotidien des Lyonnais, usagers réguliers pour la plupart.

Le duel Havard-Collomb

C’est à la surprise générale que le maire sortant PS Gérard Collomb a annoncé le 3 février 2014 sa volonté de créer une ligne de métro dans le 5ème arrondissement afin de faciliter la communication entre l’Ouest et le centre lyonnais. Cette annonce a incité de vives réactions de la part de son adversaire direct Michel Havard car jugée trop couteuse par le candidat UMP (estimée à 600 millions d’euros). Ce dernier n’hésite pas à la qualifier de « tactique électorale » et propose un métro entre Part-Dieu et Saint-Paul afin de créer un tracé direct entre l’est et l’ouest lyonnais. Ce projet est jugé inutile par le maire sortant dans la mesure où la ligne C3 dessert déjà ces deux arrêts.

La création de nouvelles lignes de métro : des projets « aberrants ».

Chacun des candidats à la municipale a apporté son grain de sel au débat en présentant son programme en terme de transports. On retrouve des propositions très variées selon les candidats. Christophe Boudot, candidat Front National propose aussi une nouvelle ligne de métro qui rejoindrait la Presque île à Montchat en passant par Part Dieu, avec la possibilité d’un prolongement jusqu’à Grange Blanche pour un coût estimé à 600 millions d’euros. On peut ainsi noter que sur son site internet, les transports apparaissent en premier dans son programme. Le candidat de la liste Lyon Bleu Marine défend bec et ongle cette proposition qu’il juge la « plus adaptée et la plus aboutie ».
Le constat sur la question est bien plus mitigé pour Bruno Faivre d’Arcier. Celui-ci juge les propositions de nouveau métro « aberrantes» . En effet, le coût d’investissement pour un métro est de 100 000 000 d’euros au kilomètre pour seulement 5 millions dans le cas d’une ligne de bus et 20 pour le tramway. Un tel investissement se répercuterait immanquablement sur une augmentation du tarif pour les usagers (impôts ou prix du ticket). Il s’est montré aussi très réticent face aux propositions de service nocturne faites par plusieurs candidats qui entraineraient des difficultés, dans la mesure où la nuit est destinée à la maintenance.

Périphérique et Aerotram : une réelle alternative ?

L’expert s’est en revanche fait plus discret au sujet des propositions insolites. Etienne Tête, le candidat EELV porte un regard assez critique sur l’aménagement urbain lyonnais en comparaison avec des villes comme Turin ou Munich. Le candidat écologiste propose un tramway entre Saint Paul et Vaulx en Velin en passant par la Part Dieu. Face aux propositions de ses adversaires en terme de métro ou tramway, Etienne Tête préférerait un téléphérique pour les hauteurs de Lyon ou des bus prioritaires pour desservir le 5e arrondissement. Le candidat centriste Eric Lafond, lui, défend une idée assez semblable en s’inspirant de ce qui a déjà été fait à Barcelone ou à Sidney avec un aérotram qui desservirait les collines de Lyon. Pour celui-ci, le coût serait bien moins important que pour l’installation d’une ligne de métro ou de tramway et plus respectueuse de l’environnement.

La gratuité des transports remise en question

A la gauche du candidat PS, le constat des transports lyonnais se veut assez positif, bien que certaines zones soient mal desservies. La proposition principale de la candidate Front de Gauche Aline Guitard est la gratuité des transports. Dans un premier temps réservée aux bénéficiaires sociaux, elle serait progressivement étendue à l’ensemble des lyonnais et lyonnaises. Le « libre-accès » prôné à partir de l’exemple de la ville d’Aubagne a lui aussi été nuancé par l’expert. « La gratuité des transports ne peut se faire sans peser sur les contribuables ou sur les entreprises ». Il souligne des risques de répercussions à court ou moyen terme sur l’emploi du fait d’une augmentation des charges entrepreneuriales.

Pour l’expert, la réelle question pour l’avenir de la métropole lyonnaise se pose d’abord sur les coûts de développement que sont prêts à payer les contribuables plutôt que sur la nature de nouveaux projets.

 Fernandez Ken – Ferreira Alban – Chaudieu Louis

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Vu par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s